Retour au format normal


Grève des Praticiens à l’hôpital
Des Praticiens pour l’Hôpital Public ! La CPH appelle l’ensemble des praticiens hospitaliers à faire grève le 26 septembre 2016

9 septembre 2016

par Jacques Trévidic, Marc Bétremieux

La CPH participe avec force au dialogue social initié par le Ministère de la santé depuis le début de ce quinquennat et défend une véritable valorisation de l’exercice à l’hôpital public.

La CPH avait salué les préconisations formulées dans le rapport de la Mission Attractivité confiée au sénateur Le Menn et dont l’ensemble des mesures devaient :

· Favoriser l’engagement dans les carrières médicales hospitalières,

· Améliorer la gestion des carrières et les conditions d’exercice pour une meilleure régulation des ressources humaines médicales,

· Promouvoir les politiques sociales et managériales en direction du personnel médical à l’hôpital public.

Au bout de plus de 4 ans, les avancées restent très faibles. La démographie est toujours en berne voire catastrophique pour certaines spécialités.

Les mesures annoncées essentielles pour attirer les jeunes praticiens sont dans un tiroir et rien n’est prévu pour donner envie à ceux qui y exercent de rester.

Sur le sujet le plus important, le décompte du temps de travail, aucune avancée n’est prévue.

C’est pourquoi la CPH demande à tous les médecins et pharmaciens des hôpitaux de rejoindre le mouvement national de mobilisation et de participer à la journée de grève du 26 septembre 2016.

Nous exigeons :

  • l’ouverture immédiate de négociations concernant le passage de la journée de travail de 24 heures, de 4 à 5 plages
  • le doublement de l’indemnité d’engagement de service public exclusif
  • la création d’un 14ème échelon dans la carrière de praticien hospitalier
  • l’entrée dans la carrière de praticien au niveau du 5ème échelon
  • et la publication immédiate de toutes les mesures du plan d’attractivité

Les intentions ne suffisent plus !

A l’heure où les médecins libéraux ont obtenu des avancées significatives sur leurs honoraires, il est inacceptable que leurs collègues hospitaliers soient méprisés.

L’hôpital public a, dans ce moment historique de reconfiguration, besoin de tous ses praticiens.

Faute de quoi le déploiement de la politique de santé nécessaire et souhaitée par le gouvernement dans la loi de modernisation de notre système de santé restera lettre morte.

Jacques Trévidic, Président CPH
Marc Bétrémieux, Secrétaire général CPH

Jacques Trévidic, Marc Bétremieux