| Qui sommes-nous ? | Adhésions | Plan du site | Rechercher | Admin |
| Accueil | La Confédération des Praticiens des Hôpitaux |
Intéressement collectif dans les hôpitaux
Communiqué commun Avenir Hospitalier – CPH du 22 janvier 2013
mercredi 23 janvier 2013
Avenir Hospitalier et la CPH contestent les conclusions du groupe de travail Fondact

La CPH et Avenir Hospitalier ont pris connaissance avec beaucoup d’étonnement du rapport relatif à l’intéressement collectif dans la fonction publique présenté par l’ancien député Michel Diefenbacher.

Alors qu’il n’a trouvé aucun service de la fonction publique de l’Etat « prêt à s’engager à court terme » dans une telle démarche, ni constaté « beaucoup de motivation » dans la fonction publique territoriale, il semblerait que les hôpitaux en sont un lieu idéal d’application. Rien d’étonnant à cette affirmation, puisque ses seuls interlocuteurs sont la FHF et la Conférence des Directeurs, auto-proclamés comme nos employeurs, et qui eux mêmes perçoivent des sommes non négligeables au titre de primes à la performance ! Ces derniers sont-ils vraiment représentatifs de l’ensemble des hôpitaux ? Alors que le tout T2A et l’organisation en pôles ont montré leurs défauts majeurs et que l’on se dirige droit vers leur refondation avec les propositions annoncées de la Mission Couty, est-il logique de prôner en ce moment une réforme s’appuyant sur ces deux éléments ? N’est-ce pas là une nième tentative d’imposer aux personnels hospitaliers, médicaux et non médicaux, une contrainte managériale supplémentaire ?

Si la question est : les personnels de la FPH sont-ils assez rémunérés, en lien avec la pénibilité de leur travail et de leurs engagements, la réponse est : oui, ils méritent mieux. S’il y a de l’argent à leur redistribuer, pourquoi cela n’est-il pas fait, pour tous ? Plutôt que de s’engager dans une réforme qui, notamment pour tout ce qui a rapport au soin et à l’humain, a fait la preuve dans le monde anglo-saxon qui en avait fait il y a 20 ans un cheval de bataille, de son inadaptation.

Au lieu de soigner les patients, on nous demande de soigner les indicateurs !

Si la mission Fondact avait écouté les acteurs hospitaliers, elle aurait entendu le même message que les autres fonctions publiques. La CPH et Avenir Hospitalier, (mais nous ne sommes pas les seuls), sont en effet opposés au principe de l’intéressement individuel et collectif. Par contre, nous demandons solennellement que les vrais problèmes soient posés, à savoir l’attractivité des carrières hospitalières.

Depuis la mission Couty, les pouvoirs publics ont du prendre conscience qu’aucune réforme ne pourra plus être imposée sans le minimum de concertation avec les syndicats représentatifs. Nous exigeons donc que ce rapport qui ne représente que ses auteurs auto-proclamés experts aille enrichir la pile des rapports oubliés dans les placards du ministère.

Nous sommes par contre totalement ouverts à toute négociation vraie sur l’attractivité de l’hôpital public. Et là c’est une urgence.

Jean-Claude Pénochet, Président CPH & Nicole Smolski, Présidente Avenir Hospitalier



Suivre la vie du site RSS | Accueil | Plan du site | Admin

Ce site est réalisé grâce au système de publication SPIP 2.1