| Qui sommes-nous ? | Adhésions | Plan du site | Rechercher | Admin |
| Accueil | Les dossiers | Négociations statut |
Informations et consignes du 13 juillet
jeudi 13 juillet 2006

La communication du ministère de la santé, qui veut toujours faire avaliser l’idée que sa réforme statutaire est parfaitement consensuelle chez les PH, continue à user du non-dit et du disque rayé. Aux multiples questions posées par les parlementaires, le gouvernement répond à côté concernant l’autorité d’affectation, tandis que les réserves et les interrogations formulées par le Conseil National de l’Ordre restent en réalité sans réponse. Parallèlement, on nous refuse toujours la transmission de la version définitive du projet de décret statutaire communiqué au Conseil d’Etat pour une promulgation annoncée à la fin du mois ...

La nouvelle mouture du projet de décret sur le Centre National de Gestion diminue encore les représentations syndicales des PH puisqu’elles ne pèsent plus que pour 4 sièges sur 28 au CA, alors que le protocole prévoyait une parité ! En raison de l’importance des fonctions attribuées à cette nouvelle instance, cette participation extrêmement minoritaire instaurerait une totale impuissance des PH dans la gestion de leur carrière. Nous rejetons catégoriquement ces propositions en l’état qui entérineraient la marginalisation de nos représentations syndicales au bénéfice des représentants institutionnels. Il y a là péril imminent.

Les réunions organisées par le ministère de la santé sur la retraite participent de cette même stratégie de communication : temporiser et calmer le jeu, alors même que la négociation forcément interministérielle n’est pas ouverte et qu’aucune des mesures évoquées n’est financée. De toute façon, en dépit de quelques promesses, nos interlocuteurs ne nous proposent pas autre chose que l’effondrement de la retraite à un niveau inacceptable et n’ont même pas été capables d’obtenir du Centre d’Observation des Retraites l’audit sur lequel ils s’étaient engagés.

Quant à la convergence statutaire des PH à temps partiel, elle demeure toujours du domaine du vœu pieu !

Le ministère reste sourd et indifférent aux propositions de 80% des praticiens hospitaliers dont il entend radicalement bouleverser, contre leur volonté, les conditions d’exercice. Cela ne sera pas sans conséquences.

Sur tous ces points nous mettons en demeure notre ministre de cesser les effets d’annonce et les concertations virtuelles et de prendre enfin en compte les exigences concrètes des PH.

Si la météorologie annonce un été chaud, la rentrée de septembre risque de l’être encore plus !

En attendant ce prochain rendez-vous, pour la période des vacances du 15 juillet au 30 aout, l’INPH et la CPH recommandent la suspension des consignes antérieures limitant nos activités à celles directement liées aux soins.

Dr Rachel Bocher, Présidente de l’INPH - Dr Pierre Faraggi, Président de la CPH



Suivre la vie du site RSS | Accueil | Plan du site | Admin

Ce site est réalisé grâce au système de publication SPIP 2.1