| Qui sommes-nous ? | Adhésions | Plan du site | Rechercher | Admin |
| Accueil | Les dossiers | Négociations statut |
Lettre au Président de la République (CPH-INPH)
mardi 25 avril 2006

Le 21 avril 2006

Monsieur le Président de la République

Palais de l’Elysée

55, Faubourg Saint Honoré

75008 PARIS

Monsieur le Président,

Comme nous vous l’avions déjà exprimé dans notre lettre du 21 mars, l’exaspération et la colère sont à leur comble chez les praticiens hospitaliers qui s’estiment maltraités et trompés par le projet de réforme de leur statut. Ils l’ont exprimé largement lors de la journée d’action du 6 avril. Confrontés à la surdité des pouvoirs publics, ils se préparent à un mouvement de grève à partir du 11 mai.
Sur la forme, nous jugeons profondément choquant et antidémocratique le refus de dialogue du ministre de la santé vis-à-vis de nos 2 organisations qui représentent 80% des praticiens hospitaliers, alors que se perpétue une parodie de concertation, dans le cadre d’un « comité de suivi » avec 2 syndicats très minoritaires (20% des PH).
Sur le fond, nos mandants ne comprendraient pas que nous acceptions cette scandaleuse régression statutaire qui installerait les praticiens dans la précarité d’une affectation locale et dans une situation de sujétion et de dépendance vis-à-vis des directions administratives. Ils ne veulent pas non plus de l’instauration d’une nouvelle ligne hiérarchique dans notre corps professionnel. Tout cela mettrait en pièce non seulement les principes déontologiques d’indépendance professionnelle indispensables à tout exercice médical, mais aussi les équilibres qui existent aujourd’hui avec des rapports de confiance qui doivent prévaloir entre les différents acteurs responsables de l’hôpital.
Chaque praticien en exercice connaît ces réalités.

Ce projet de réforme, de nature à remettre en cause l’attractivité de la carrière aura des effets néfastes sur une démographie médicale à l’hôpital déjà gravement menacée. L’accessibilité, l’activité et la qualité du service public hospitalier en seront durablement affectées. Les experts les plus neutres ont fait état de leurs réserves, passée leur surprise.

Dans la façon le plus solennelle qui soit, nous avons l’honneur de vous interpeller respectueusement afin que vous acceptiez d’apporter l’attention que nous espérons contre ce mauvais coup ressenti par la profession comme un acte d’agression inutile.

La nécessaire modernisation de l’hôpital, sa meilleure adéquation aux besoins de santé des populations, sa plus grande productivité ne se feront certainement pas par une compétition stérile entre Directeurs administratifs et praticiens.
Nous n’avons pas choisi l’hôpital public par hasard.
Nous savons que vous partagez notre préoccupation et notre engagement pour un exercice de qualité au service de nos patients. La reconnaissance de notre compétence, et de notre indépendance doit continuer à en être le meilleur garant.
Cette conviction est partagée par l’ensemble du corps professionnel et nous vous transmettrons prochainement les quelques 10000 noms des signataires de notre pétition.

Avec nos remerciements, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, en l’assurance de notre plus haute considération et en l’expression de notre profond respect.

Dr Pierre Faraggi, Président de la CPH - Dr Rachel Bocher, Présidente de l’INPH



Suivre la vie du site RSS | Accueil | Plan du site | Admin

Ce site est réalisé grâce au système de publication SPIP 2.1