| Qui sommes-nous ? | Adhésions | Plan du site | Rechercher | Admin |
| Accueil | Les dossiers | Négociations statut |
Pierre Faraggi : « hors de question que l’on signe »
mercredi 16 février 2005

Depuis le début des négociations statutaires, le président de la CHG (Confédération des hôpitaux généraux), Pierre Faraggi se montrait très critique à l’égard des représentants du ministère de la Santé, considérant que l’objectif visé par la DHOS était clairement de précariser la profession de praticien hospitalier. Aujourd’hui, après un mois et demi de discussions autour du projet de protocole d’accord, son avis n’a pas bougé. « Il est hors de question que l’on signe », déclare-t-il ce mercredi dans une interview à Egora. Le président de la CHG a, comme ses homologues des autres syndicats, consulté sa base et dit-il, l’opposition au texte de la DHOS y est claire. Et pour cause : les PH sont attachés de façon « viscérale » à certains aspects de leur statut, tels que le mode de nomination ou encore la stabilité du poste, explique Pierre Faraggi. Or, le protocole d’accord proposé par l’équipe de Jean Castex remet cela en cause et les PH n’ont rien à gagner avec ce texte. En effet, pointe le Dr. Faraggi, non seulement ce qui est proposé concernant les astreintes est « tout à fait insuffisant » mais les avancées suggérées par le texte, notamment en termes de part variable, ne sont pas financées : « on renvoie cela à la réussite de la tarification à l’activité ». Dans ces conditions, la CHG n’hésite même pas : c’est « catégoriquement non ». « Ce serait bien imprudent pour une organisation représentative que de signer », estime en outre Pierre Faraggi qui tient toutefois à préciser : « attention, nous ne sommes pas des inconditionnels du non ». Si un coup de baguette magique devait venir régler la question des astreintes et celle de la nomination des praticiens, la CHG pourrait choisir de signer mais la chose semble bien improbable. De la même façon, le président de la CHG espère que son syndicat ne sera pas le seul à refuser de signer mais quand bien même les autres - CMH, INPH et SNAM-HP - auraient choisi de signer, la CHG ne suivrait pas le mouvement. La Confédération des hôpitaux généraux n’est pas un mouton de Panurge.

Sandra Boutin

Egora http://www.egora.fr/3v_script/journal_asp/medecin.asp?idnews=0



Suivre la vie du site RSS | Accueil | Plan du site | Admin

Ce site est réalisé grâce au système de publication SPIP 2.1